Réalisation du pilote (épisode 7: le Portail de Notre-Dame de Paris) de la série en réalité virtuelle « Les Légendes de Paris » produit par Les Poissons Volants

François Bouille et Nicolas Alberny, co-réalisateurs de la série et Sophie Goupil, productrice Les Poissons Volants

Réalisation et production : Pôle Image Magelis
Montage : La Photo Aérienne – Arnaud Devis
Crédit Images : Les Poissons Volants
Musique : Requiem de Verdi « Dies Irae » et « Tuba Mirum »

Interview réalisée le 27 mars 2019 sur le plateau de motion capture de Transpasets

© 2019

La série

Paris offre de nombreux monuments et lieux historiques dont la plupart ont été les témoins des us et coutumes de leurs époques respectives. En comprenant ces us et coutumes et en les replaçant dans leurs contextes, ce projet tente d’expliquer l’origine des Légendes.

Par le biais des intrigues, le spectateur qui suivra le romancier, visitera ces époques et les contextes qui ont vu naître ces légendes. Il pourra mieux les appréhender et arbitrer, entre fait divers et affabulation, entre rumeur et fait historique.

+ d’infos sur la série

  • ÉPISODE 7 : Le Portail de Notre-Dame de Paris

La Légende

Biscornet était un jeune ferronnier très doué au 13è siècle dont le talent était tel que ses ferrures paraissaient moulées. Le jeune ferronnier Biscornet avait été chargé de la décoration des portes latérales de la cathédrale Notre Dame de Paris. Il devait orner les pentures (panneau de fer boulonnés aux ventaux qui possède un nœud qui entre dans un gond et permet ainsi au portail de s’ouvrir).

Biscornet, malgré son génie, fût effrayé et paniqua devant l’importance de la tâche qui lui incombait. Il n’avançait pas dans son travail et craignait pour sa réputation. C’est alors que le Diable en personne se présenta à lui en lui proposant un pacte : Il l’aiderait à réaliser sa mission.

Mais, en échange, le Malin prendrait possession de son âme. Le ferronnier hésita mais son ambition démesurée lui fit accepter le contrat. Alors, qu’il travaillait, il s’endormit. Lorsqu’il se réveilla, les pentures étaient achevées et étaient tout simplement extraordinaires de finesse et de beauté.

Cependant, alors que Biscornet était fier le jour de l’inauguration, les portes ne s’ouvrirent pas. Le seul moyen pour pouvoir les actionner, fut de les badigeonner d’eau bénite et elles s’ouvrirent.

Mentionné dans cet article : Transpasets Grand Ouest