Le Festival national du film d’animation c’est plus de 12 000 festivaliers et 400 professionnels attendus, près de 150 films projetés, 8 compétitions et des programmes surprises à venir du 24 au 28 avril 2019 à Rennes Métropole.

Après plus de 36h de visionnage réparties sur 10 jours, les comités de sélection du Festival national du film d’animation ont livré leurs résultats pour les films en compétition et en panorama.

Couvrant un an de production, l’appel à films a rassemblé 506 films, répartis dans 7 catégories (courts métrages professionnels et étudiants, clips, séries, films de commande, films d’atelier et oeuvres numériques). Une belle augmentation par rapport à l’année dernière où le total des participations s’élevait à 410 films.

Plusieurs comités rassemblant l’équipe de l’AFCA et des professionnels de l’image ont établi cette sélection composée de 138 œuvres réparties comme suit :

74 FILMS EN COMPÉTITION
avec 31 films professionnels et 43 films étudiants

64 FILMS EN PANORAMA
avec 9 épisodes de séries jeunesse, 17 clips, 13 films de commande,
13 films d’atelier et 12 œuvres numériques

Parmi la sélection, le long métrage d’animation « Pachamama », produit par Didier Brunner de Folivari, producteur de « Kirikou », « Ernest et Célestine » et « Le Grand Méchant Renard et autres contes », coproduit et fabriqué en partie par le studio Blue Spirit à Angoulême

Réalisation : Juan Antin
Production déléguée : Folivari, 02B films, Doghouse Films, Kaïbou Production

Coproduction : Haut et Court distribution, Blue Spirit Studio

XVIème siècle.
Tepulpaï et sa meilleure amie Naïra, deux petits indiens de la Cordillère des Andes, vivent heureux dans leur village, au cœur des montagnes péruviennes.
Un jour, un cortège Inca arrive au village pour prélever l’impôt. Le percepteur, au nom d’Inti, le Dieu Soleil, décide d’emporter l’idole sacrée du village pour l’offrir en tribut au Grand Inca.
Pour le village, c’est une catastrophe : l’idole le protège depuis si longtemps ! Mais pour Tepulpaï, c’est l’occasion de montrer enfin ce dont il est capable ! Secrètement, il quitte le village et se lance à la recherche de l’idole sacrée, qui, seule, pourra sauver son peuple du danger qui arrive d’au-delà des mers.

Dans le cadre du Pôle Image Magelis, avec le soutien du Département de la Charente et de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Mentionné dans cet article : Blue Spirit Studio